AccueilRecrutementS'enregistrerConnexion
Recrutement
Chaman
DPS
Heal
Ouvert
Ouvert
Chasseur DPS Ouvert
Chevalier de la mort
DPS
Tank
Fermé
Fermé
Démoniste DPS Fermé
Druide
DPS
Tank
Heal
Ouvert
Ouvert
Fermé
Guerrier
DPS
Tank
Fermé
Fermé
Mage DPS Fermé
Moine
DPS
Tank
Heal
Ouvert
Ouvert
Fermé
Paladin
DPS
Tank
Heal
Fermé
Fermé
Fermé
Prêtre
DPS
Heal
Fermé
Fermé
Voleur DPS Fermé
Plus d'infos
WoW Progress
WoW Guild Rankings
Dernières nouvelles
Chargement...
Quelques liens utiles
Armurerie WoW Curse Elitist Jerks Arena Junkies
World of Logs
Archives

Partagez | 
 

 Les Reviews de tonton Samma. The conjuring & Only God Forgives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sammaëlle
Alpha
Alpha
avatar

Sexe (IRL) : Masculin

Localisation (IRL) : Toulouse

Messages postés : 2734

MessageSujet: Les Reviews de tonton Samma. The conjuring & Only God Forgives   Mer 14 Aoû - 10:58



The Conjuring de James Wan.

Déçu je suis.
Attention rien de calamiteux loin s'en faut, mais j’attentais certainement bcp trop de ce film.
Chaque film de James Wan m'a VRAIMENT emballé, Saw I, Dead silence, Death sentence, Insidious, forcement avec telle lignée, j'attendais le nouveau avec l'impatience du kevin qui part a micromania avec maman acheter le dernier call of duty.
En fin de compte, une fois les derniers crédits disparu dans l'attente d'une éventuelle scène post-generique que je savais de toute façon ne pas exister (mais des fois que...^^) j'ai du faire le constat doux-amer que je m’étais peut etre un peu trop enflammé^^

Explication : ce film relate l'histoire vrai (romancée) de la famille Perron, qui aidé par un couple d’enquêteur du paranormal : les Warren (parfois même appelé par l'eglise dans la vrai vie), va essayer de se débarrasser des démons et autres esprits malfaisants qui pullulent dans leur ferme.

Le film est BON, la mise en scène est certes moins sobre que celle d'Insidious mais elle assure avec un certain sens du spectacle contenu.
Les acteurs sont excellents, du deja vieux briscard Patrick Wilson (Ed Warren), habitué de Wan et des films de genre, de la toujours impeccable Vera Farmiga (Lorraine Warren AKA maman bates dans Bates Motel), en passant par la "nouvelle" égérie des 2nd couteaux de l'horreur Lily Taylor (Carolyn Perron) tous sont dans leur personnages avec classe et réalisme, il n'y a pas grand chose a jeter a ce niveau la.
La photographie est sobre mais très a propos, c'est joli, ça sonne parfaitement 70ies (les événements se passant en 71) c'est léché et très bien vu.
La BO ne m'a pas laissé de souvenirs particuliers, la ou elle m'avait quand même bien plus marqué dans Insidious avec ses cordes ultra stridentes.
Disons qu'elle est sagement transparente (mais il faudra quand même que je revois le film).

Mais alors pourquoi être déçu?
Deja et surtout car j’attendais de Wan qu'il se renouvelle par rapport a Insidious, au lieu de ça on sent surtout qu'il a entendu les critiques faites a l'encontre de son précédent film (la dernière partie n'a pas plu a tout le monde, personnellement j'ai adoré faire ce voyage dans le lointain, mettre une image sur ce monde parallèle, renter dans la vision baroque de l'antre du démon, renvoyant a du Barker dans l'esprit du maitre des illusions ou de Nightbreed).

Critiques entendues donc, et, visant a ne pas diviser la "clientèle horreur hardcore", son film ne peut pas provoquer le courroux des extrémistes qui portent au pinacle les sacro-saints codes de l'horreur (j'avoue en faire un peu partit aussi mais PAS QUE).
Ici rien de déviant, pas de chemins de traverses, tout est balisé selon les idées convenues des films de maisons hantés et de possession et c'est la que j'ai eu un peu de mal.
Du coup, tout deviens extrêmement prévisible, le rythme du film est handicapé par un nombre assez cosmique de jump scares allant du lourdingue au surprenant, l’empêchant de réellement poser une ambiance lourde et glaciale comme c'etait le cas dans Insidious qui était bien plus léger au niveau des effet de trouilles, qui les amenait rarement frontalement comme c'est le cas ici, mais qui nous laissait bouche ouverte a sonder l'indicible qui pouvait se cacher dans les ténèbres du moindre recoin de la maison.
C'est dommage car a mon sens il manque surtout une réelle ambiance au film, je me prononcerai définitivement après re-vision en BR en VO et sans les gros relous du cinema (pêle-mêle matraquage de fauteuil pdt toute la séance, deux jeunes débiles qui rigolaient comme des sourds a chaque scène un peu visuelle et des gros qui baffraient en faisant du bruit, super bien entouré.....).
L'enchainement trop rapide et une certaine répétitivité des jump scares (surtout quand on a déjà vu les mêmes dans des production bien moins honorables du genre paranormal activity, tirer la jambes d'une gamine au lit c'est excellent la 1ere fois au bout de 3 utilisations en 1h ça deviens un peu redondant) apporte une caution trouille un peu artificielle a la limite de la dérive "train fantôme", alors qu'il aurait suffit d'espacer, d’aérer un chouïa plus tout ca pour obtenir l’émulsion parfaite entre l'ambiance anxiogène lugubre et glaciale de Insidious et l'horreur plus frontale de cette nouvelle peloche.

Le film par contre est particulièrement agréable aujourd'hui dans le sens ou il prouve qu'on peu encore faire du vrai film d'horreur bien old school avec un gros budget dans un gros studio, sans chercher a allécher absolument TOUT l'auditoire (merci cela dis a la reput de Wan apporté par Insidious niveau du grand public)
Pas bcp de concession ici, mais et c'est assez ironique, son classicisme et parfois sa maladresse dans la générosité, sont aussi sa principale "faiblesse".

Un bon film d'horreur auquel on ne peu pas reprocher grand chose, j’attendais surtout d'avoir peur ou de ressentir un certain malaise, ce n'a pas été le cas, après ce sont des considérations assez subjectives.
Il reste quoi qu'il arrive LARGEMENT au dessus des petits copains.

Par contre ca me conforte vraiment dans l’idée qu'insidious 2 et apparemment conjuring 2 ne sont pas, justement,  de tres bonnes idées :p
J’espère me planter Smile

A aller voir de toute manière au cinéma Smile


-----------------------------------------------------------------------------------------------------


Only God Forgives, de Winding Refn.

Encore un film qui enchaine les longues plages de silences, encore un film quasiment sans dialogues, encore un film ou la prétention doucement mégalomane de WR qui pense certainement que, parce qu'il a été salué (a raison) pour certains films passé (pusher/bronson/drive et le controversé Vrising) peut tout réaliser avec le même talent.
Il c'est clairement vu dans les chaussures de Lynch la je pense, sans en avoir l'once du talent pour le coup...
le film enchaine les scènes au ralentis sur une trame ultra basique de vengeance, Ryan Gosling donne le change au début mais après environs 30 plans ou il adopte exactement la même mono expression sans décrocher plus de 3 mots on en fini par rire jaune au moindre cadrage sur sa tête... Et a se demander ce qu'il pouvait arriver a faire de mieux avec pareille direction d'acteur.
Julian ancien malfrat américain réfugié en Thaïlande (Gosling) dois venger la mort de son frère qui c'est fait dessouder après avoir violé et tué une pute mineure, a la demande de sa mère (geniale et magnifique Kristin Scott Thomas par contre), grande patronne de la pègre au états unis.
Le film se complais dans le flou artistique (pour mieux cacher qu'il est totalement vide scenaristiquement?).
D'une beauté plastique exceptionnelle (qui lorgne souvent vers les éclairage des gialli) mais qui atteint ses limites au bout d'un certain temps et a la BO envoutante, électronique, qui fait un peu écho a celle de Maniac (2013) en moins 70ies ce nouveau WRefn est clairement un echec, je mentirai si je disais que je n'avais pas été au bout avec un certain intérêt, mais c'etait plus par curiosité que véritable attrait, je voulai voir ou tout ca voulait en venir.
Pas bien loin en fait, une pauvre histoire de complexe d’œdipe, le cul entre deux chaises entre ses visions cotonneuses et l'ultra réalisme de sa violence.
J'avoue être a plusieurs reprise rentré dans le rythme hypnotique du film, la ou par exemple je n'ai jamais réussi a rentrer dans VRising.
Pourtant je n'ai pas spécialement une prédisposition particulière a l'un des deux thèmes (vickings/middle age ou mafia chez les thaïs^^) qu'importe le pot tant que la soupe....
Les films se recoupent dans leur rythme extrêmement contemplatif et dans la quasi absence de dialogues.
Je pense que j'ai plus accroche a certain passage de part la BO qui crée vraiment une émulation avec les images. (le combat par exemple)
Un film relativement expérimental, proche de la synesthésie, mais très bancal et parfois limite du ridicule, artificiellement obscur, qu'est censé représenter le flic thaï par exemple?
L'ange de la justice toute puissante? un dieu qui juge dans une impartialité totale, le karma? Car c'est clairement œil pour œil on l'a bien compris.
Est il réel? N'existe t il que dans la psyché malade de Julian?

Des idées, une superbe mise en image (mais a a limite du "trop") un scenar tagada pouet pouet bidon (et ouai mais la on parle pas de robot geants regressifs manque de pot ca passe deja bcp moins bien) une tres belle BO et Kristin Scott Thomas parfaite suffiront il a faire passer la pillule?
Je reste partagé, je n'ai pas détesté pour autant loin de la mais je suis quand meme pas mal déçu, mon préféré restant, et de loin, Bronson.
A revisionner.

_____________________________________

CLICK CLICK !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Reviews de tonton Samma. The conjuring & Only God Forgives
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Reviews de tonton Samma. KICK ASS 2
» Les Reviews de tonton Samma. PACIFIC RIM
» La mini review de Tonton Samma
» Les review de tonton Samma : Space Pirate Captain Harlock
» Les review de tonton Samma : ROBOCOP (2014)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Waargh externe :: TAVERNE-
Sauter vers: